Mettons fin au charbon thermique!

Grâce à plus de 30 000 personnes qui se sont rassemblées pour demander que le Canada interdise l’exportation de charbon thermique, le gouvernement fédéral s’est engagé à le faire d’ici 2030.

2030 est une date trop lointaine. Le charbon thermique contribue énormément au changement climatique. Si le Canada attend la fin de la décennie pour imposer une interdiction d’exportation, nous manquerons une occasion cruciale de réduire les émissions et de maintenir le réchauffement en dessous de 1,5 C.

Cela fait maintenant deux siècles que les humains ont commencé à utiliser le charbon thermique pour chauffer leurs maisons, et aujourd’hui, il est utilisé pour produire de l’électricité dans le monde entier. Le processus d’extraction, de transport et de combustion du charbon fait des ravages sur l’environnement, le climat et la santé humaine, et même le récent rapport du GIEC demande qu’on mette fin au charbon et aux combustibles fossiles avant qu’ils ne détruisent la planète.

Le charbon thermique est une source d’énergie sale, désuète et faussement bon marché qui est responsable de plus de 800 000 décès prématurés/année en raison de son impact sur la pollution atmosphérique.

Les polluants atmosphériques émis par les centrales au charbon sont également associés systématiquement aux maladies cardiaques et respiratoires chroniques et à toute une série d’autres maladies graves. En outre, le charbon thermique est une source importante de mercure, une substance persistante qui s’accumule dans les chaînes alimentaires aquatiques et dans le corps des personnes qui consomment du poisson contaminé. Les fœtus qui sont exposés au mercure pendant la grossesse sont plus susceptibles de présenter des déficits de développement mental et physique après la naissance, lorsqu’ils deviennent des enfants. Malheureusement, le Canada sait à quel point le charbon thermique est mauvais, mais il continue à l’extraire et à l’exporter dans le reste du monde.

Le Canada doit être tenu responsable des effets dévastateurs que le charbon exporté par le Canada ont à l’étranger, et les actions du gouvernement doivent être compatibles avec ses promesses pour contrer la crise climatique!

Nous ne pouvons pas attendre jusqu’en 2030 – nous devons interdire les exportations de charbon thermique MAINTENANT!

Ajoutez votre nom pour demander au gouvernement fédéral d’interdire l’exportation du charbon thermique d’ici 2023.

Cette action est maintenant terminée. Merci de vouloir faire partie de la solution! Si vous souhaitez agir sur une question d’actualité, veuillez consulter notre page d’action. Pour rester au courant des actions futures, inscrivez-vous à notre liste de diffusion.

Grâce à plus de 30 000 personnes qui se sont rassemblées pour demander que le Canada interdise l’exportation de charbon thermique, le gouvernement fédéral s’est engagé à le faire d’ici 2030.

2030 est une date trop lointaine. Le charbon thermique contribue énormément au changement climatique. Si le Canada attend la fin de la décennie pour imposer une interdiction d’exportation, nous manquerons une occasion cruciale de réduire les émissions et de maintenir le réchauffement en dessous de 1,5 C.

Cela fait maintenant deux siècles que les humains ont commencé à utiliser le charbon thermique pour chauffer leurs maisons, et aujourd’hui, il est utilisé pour produire de l’électricité dans le monde entier. Le processus d’extraction, de transport et de combustion du charbon fait des ravages sur l’environnement, le climat et la santé humaine, et même le récent rapport du GIEC demande qu’on mette fin au charbon et aux combustibles fossiles avant qu’ils ne détruisent la planète.

Le charbon thermique est une source d’énergie sale, désuète et faussement bon marché qui est responsable de plus de 800 000 décès prématurés/année en raison de son impact sur la pollution atmosphérique.

Les polluants atmosphériques émis par les centrales au charbon sont également associés systématiquement aux maladies cardiaques et respiratoires chroniques et à toute une série d’autres maladies graves. En outre, le charbon thermique est une source importante de mercure, une substance persistante qui s’accumule dans les chaînes alimentaires aquatiques et dans le corps des personnes qui consomment du poisson contaminé. Les fœtus qui sont exposés au mercure pendant la grossesse sont plus susceptibles de présenter des déficits de développement mental et physique après la naissance, lorsqu’ils deviennent des enfants. Malheureusement, le Canada sait à quel point le charbon thermique est mauvais, mais il continue à l’extraire et à l’exporter dans le reste du monde.

Le Canada doit être tenu responsable des effets dévastateurs que le charbon exporté par le Canada ont à l’étranger, et les actions du gouvernement doivent être compatibles avec ses promesses pour contrer la crise climatique!

Nous ne pouvons pas attendre jusqu’en 2030 – nous devons interdire les exportations de charbon thermique MAINTENANT!

Ajoutez votre nom pour demander au gouvernement fédéral d’interdire l’exportation du charbon thermique d’ici 2023.