Entrevue avec Robb Barnes

Voici le deuxième des quatre entretiens menés auprès de la direction des programmes de l’ACME. Dans cette série, nous découvrons les coulisses des projets et les façons dont l’ACME se mobilise en faveur du changement.

Aujourd’hui, Robb Barnes, directeur du Programme Lutter contre les changements climatiques pour un avenir plus sain, souligne le besoin urgent d’adopter une approche axée sur la santé dans la lutte contre les changements climatiques.

William, le fils de Robb, observe le ciel couvert de fumée au-dessus de la rivière des Outaouais
William, le fils de Robb, observe le ciel couvert de fumée au-dessus du canal Rideau.

Comment votre campagne ou votre programme a-t-il pris de l’ampleur grâce au soutien de la communauté?

La communauté de l’ACME est extraordinaire. À titre de premier militant climatique à temps plein au sein de l’équipe, j’ai pu participer à l’élaboration du programme sur le climat dès ses débuts. Depuis mon entrée en poste, j’ai eu l’occasion d’interagir avec plusieurs sympathisant(e)s de l’ACME de diverses manières. Mes tâches comprennent les suivantes :

  • Recueillir l’expertise en santé de médecins pour appuyer la lutte contre les changements climatiques,
  • Soutenir et renforcer la présence des leaders de l’ACME dans les conférences internationales sur le climat,
  • Collaborer avec les membres de la direction des comités régionaux afin de publier des communications sur le climat qui soient pertinentes à l’échelle régionale et de mieux cerner les dimensions régionales du dossier climatique,
  • Travailler de concert avec des médecins en vue d’inciter les décideur(euse)s politiques à agir face à des enjeux climatiques majeurs,
  • Tester les messages de la campagne auprès des sympathisant(e)s de l’ACME et solliciter leur aide pour les amplifier.

Qu’est-ce qui vous motive à poursuivre les objectifs de votre campagne?

Comme c’est le cas pour plusieurs personnes qui ont à cœur la lutte environnementale, les raisons qui me motivent sont très personnelles. Je me sens obligé de faire ma part pour rendre le monde meilleur pour mon fils de six ans, William.

En raison de l’accélération de la crise climatique, William grandit dans un monde radicalement différent de celui que j’ai connu lorsque j’étais enfant. Aujourd’hui, les vagues de chaleur, les conditions météorologiques extrêmes et la fumée des feux de forêt sont des phénomènes omniprésents. William avait un an lorsqu’il a porté un masque pour la première fois, un an avant que la COVID frappe. Nous étions alors en visite chez de la famille en Colombie-Britannique, et une épaisse fumée provenant des feux de forêt remplissait l’air.

Les changements climatiques sont un défi existentiel. En tant que civilisation mondiale, nous devons agir pour créer l’espoir d’un monde sain et sûr pour les générations futures.

Je me sens extrêmement chanceux d’être né à une époque et à un endroit où je suis en mesure de passer à l’action pour résoudre ce problème d’envergure. J’ai de la difficulté à imaginer une meilleure façon de contribuer à cette lutte que de travailler au sein d’une organisation à but non lucratif bien connue et respectée comme l’ACME. J’apprécie tout particulièrement la possibilité de faire entendre de nouvelles voix dans les discussions sur le climat et de communiquer avec des personnes du public qui ne se considèrent peut-être pas comme militantes au sein du mouvement environnemental.

Nous sommes tous et toutes aux prises avec cette crise climatique, mais grâce à votre soutien, nous trouvons ensemble des solutions pour y remédier.

Quels sont les défis que vous avez rencontrés et comment les avez-vous surmontés?

À l’heure actuelle, de nombreuses politiques climatiques sont en cours d’élaboration et plusieurs groupes alliés considèrent l’ACME comme une partenaire précieuse dans la réalisation de leur mission. C’est pourquoi nous avons le défi constant de nous assurer que l’énergie et l’expertise de l’ACME sont mises à profit de la meilleure façon possible.

Cela dit, nous avons ciblé une série de politiques clés qui feront bouger les choses en matière de climat et de santé, tout en renforçant et en soutenant le travail des comités régionaux de l’ACME relatif aux enjeux climatiques. En nous concentrant sur ces domaines prioritaires et en faisant en sorte que le cadre de la santé en lien avec les politiques climatiques soit parfaitement clair pour le public et les décideur(euse)s politiques, nous contribuerons au succès de nombreux projets, en particulier au cours des dix-huit prochains mois.

Cette approche porte d’ailleurs déjà fruit. Nous avons suscité un élan, trouvé des messager(ère)s clés et établi des partenariats solides dans le cadre d’un large éventail de dossiers climatiques cruciaux. Dans chaque cas, nous travaillons d’arrache-pied pour défendre la santé en vue de stimuler des actions climatiques ambitieuses.

Quelles sont les prochaines étapes et comment notre communauté peut-elle y contribuer?

Ça bouge à l’échelle fédérale en ce moment, et nous disposons de peu de temps pour faire aboutir certaines politiques importantes. En particulier, il y aura de nombreuses occasions de plaider en faveur de la mise en place d’un plafond rigoureux des émissions du secteur pétrolier et gazier et de l’adoption de nouveaux règlements sur le méthane et sur l’électricité propre. De telles réussites permettraient au Canada de progresser vers l’atteinte de certains de ses engagements internationaux en matière de climat. En parallèle, nous devons nous adapter aux effets des changements climatiques en agissant face aux feux de forêt et aux vagues de chaleur extrême.

Dans les semaines à venir, nous lancerons une campagne d’envergure qui tiendra compte de tous ces éléments, et j’espère que la communauté l’appuiera de diverses façons.

 

Profile of Robb Barnes, Director of the Healthy Future Climate Program at CAPE

Robb Barnes
Directeur du programme climatique

Share