Par Robin Edger
Directeur Exécutif et PDG, ACME

 

La pandémie de la covid-19 modifie de façon importante les relations que les Canadiens et Canadiennes entretiennent avec leur environnement et entre eux. L’impact sur notre santé, autant physique que mentale, est impossible à chiffrer.

Heureusement pour nous, la nature nous offre une prescription facilement accessible, que nous pouvons utiliser pour réduire le stress lié à la distanciation physique et aux mesures de confinement, qui définissent une nouvelle « normalité ».

De plus en plus d’articles scientifiques démontrent que passer du temps dehors, en nature, est l’une des meilleures choses que nous pouvons faire pour notre bien-être. Par exemple, les gens qui passent au moins deux heures par semaine dans les espaces verts extérieurs rapportent globalement une meilleure santé physique et psychologique. D’autres études semblent indiquer que le temps en nature améliore même la santé respiratoire et le système immunitaire – qui sont particulièrement importants duran ces temps de pandémie.

La bonne nouvelle, c’est que passer du temps en nature peut se faire de façon sécuritaire, si nous gardons quelques conseils en tête. Nous en avons partagé certains dans une lettre ouverte publiée ce weekend dans un média de Vancouver, co-écrite par Dre Mélissa Lem, membre du conseil d’administration de l’ACME, et moi-même. Vous pouvez le lire ici.

Pour ceux et celles qui sont asymptomatiques et qui ne sont pas en quarantaine :

  • Passer du temps à l’extérieur (marche, course, vélo) en gardant une distance de deux mètres avec les autres ;
  • Utiliser les pistes de randonnées et les parcs urbains qui sont encore ouverts (ceci peut différer selon vos autorités locales et provinciales) ;
  • Choisir de préférence les espaces non-bondés, et éviter les terrains de jeu pour enfants, les plages et autres espaces restreints, comme les cours d’école ;
  • Si vous y allez pour une randonnée pédestre ou du vélo, choisir des pistes qui sont assez larges afin de permettre une distance sécuritaire de deux mètres ;
  • Pour la marche dans vos communautés, préférer les routes secondaires et les espaces moins populaires, et idéalement hors des heures de pointes.

Pour ceux et celles qui sont en quarantaine ou en isolement :

  • Trouver la nature de façon créative : la science nous démontre que ce qui importe pour notre bien-être est la perception de notre expérience avec la nature ;
  • Amener la nature dans votre maison avec les sons et les images, en cultivant des plantes, ou même en regardant des photos et vidéos de la nature.
  • Penser à faire du « camping urbain » dans votre cours ou dans votre salon.

Enfin, le financement et les politiques publiques nécessaires à la protection de ces espaces verts dans nos communautés doivent être intégrés dans nos plans de relance économique et social post-covid.

L’ACME continuera de défendre ces politiques en votre nom et de mettre la santé – votre santé et celle de notre environnement – de l’avant. Pour nous aider à le faire, nous vous encourageons à nous soutenir financièrement. Comme plusieurs autres organisations à but non lucratif, nous avons été impactés par la crise du covid, et chaque dollar compte, plus que jamais.

Et, si dans les prochains jours, vous allez profiter de notre belle nature, nous vous invitons à partager avec nous ces moments, en utilisant le mot-clic #HealthyByNature. Nous repartagerons vos histoires !

Sincèrement,
Robin Edger

Faire un don à l’ACME

fr_CAFrench
en_USEnglish fr_CAFrench