Les médecins du Nouveau-Brunswick affirment que la fracturation hydraulique pose des risques inacceptables pour la santé

Moncton | Territoire traditionnel non cédé des peuples Wolastoqiyik (Maliseet) et Mi’kmaq | 9 mai 2024  Un groupe de médecins, d’infirmières et de professionnels paramédicaux du Nouveau-Brunswick tire la sonnette d’alarme sur les risques pour la santé associés à la production de gaz de schiste à l’aide du processus d’extraction connu sous le nom de fracturation hydraulique, ou « fracking », et appelle à une interdiction permanente de cette pratique. Cela fait suite à des commentaires récents du premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, suggérant que  l’exploitation du gaz de schiste serait un meilleur plan climatique que la tarification du carbone. Il a également suggéré que le moratoire actuel sur la fracturation hydraulique pourrait être annulé.

« Notre système de santé est déjà mis à rude épreuve. Pourquoi devrions-nous introduire un danger industriel connu qui pourrait nuire à la santé des Néo-Brunswickois ? », a déclaré la Dre Renée Turcotte, médecin de famille à la retraite et présidente de la section du Nouveau-Brunswick de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement.

Une nouvelle étude médicale publiée en mars dans la Revue canadienne de santé publique a passé en revue 50 études qui ont examiné les effets des activités de fracturation hydraulique sur la santé des personnes vivant dans les communautés avoisinantes. Le rapport confirme les preuves médicales de plus en plus nombreuses concernant les graves effets néfastes que peuvent entraîner la fracturation hydraulique sur la santé, notamment des malformations congénitales, un faible poids à la naissance, des cancers pédiatriques, de l’asthme, des maladies cardiaques et un risque plus élevé de mortalité.

« Il y a plus d’une décennie, nous savions qu’il y avait des risques potentiels pour la santé associés à la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste », explique la Dre Turcotte. « Mais maintenant, nous avons les données, et c’est très troublant. »

De-Ann Sheppard, infirmière et représentante de la région de l’Atlantique pour l’Association canadienne des infirmières et infirmiers pour l’environnement, affirme qu’il s’agit d’une injustice pour les communautés n’étant pas au courant des risques ou pour les infirmières et les médecins surchargés de travail qui fournissent des soins médicaux. « Nous n’allons pas améliorer les soins de santé si nous augmentons les risques environnementaux pour la santé qui entraînent le cancer, les maladies cardiaques et les malformations congénitales » déclare Mme Sheppard.

Les groupes ont envoyé une lettre au premier ministre Higgs et à tous les députés provinciaux du Nouveau-Brunswick pour leur présenter les dernières études sur les effets de la fracturation hydraulique sur la santé et demander au gouvernement de légiférer afin d’interdire cette pratique de façon permanente.

Citations additionnelles 

« Les effets de la fracturation hydraulique sur la santé passent inaperçus depuis des années, et l’industrie se développe à un rythme effréné. Nous devons y mettre un frein et parler des conséquences de cette industrie sur la santé publique. »

— Dr. Tim Takaro, médecin-chercheur formé en médecine du travail et de l’environnement, en santé publique et en toxicologie, et co-auteur de The human health effects of unconventional oil and gas development (UOGD): A scoping review of epidemiologic studies, Revue canadienne de santé publique, mars 2024

« La fracturation hydraulique introduit des produits chimiques cancérigènes, mutagènes et des perturbateurs endocriniens dans l’environnement local, ce qui a de graves répercussions sur la santé. Il est temps que les gouvernements prennent en compte les nouvelles données scientifiques à propos de la fracturation hydraulique et la santé humaine dans leur prise de décision en matière de politique énergétique. »

— Dre Margaret McGregor, médecin de famille, chercheuse en politiques de santé et coauteure de The human health effects of unconventional oil and gas development (UOGD): A scoping review of epidemiologic studies, Revue canadienne de santé publique, mars 2024

« Ces effets dévastateurs sur la santé liés à la fracturation hydraulique sont tout à fait évitables, tant que nous disons « non » à la fracturation hydraulique. C’est non seulement important pour maintenir la santé de la population, mais également pour gérer la pression exercée sur un système de soins de santé déjà fragile. »

— Dre Maya R. Kalogirou, PhD, inf. aut., Présidente de l’Association canadienne des infirmières et infirmiers pour l’environnement

« La santé de notre air et des Néo-Brunswickois dépend de la transition vers l’abandon des combustibles fossiles. Poumon NB exhorte le gouvernement à mettre un terme à l’étude de ce secteur dans notre province. »

Melanie Langille, M.Env.Sc., Président and CEO, Poumon NB

– 30 – 

Lien vers la lettre ouverte

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Reykia Fick, directrice des communications, Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME), 647 762-9168, media@cape.ca

 

Share