Réponse de l’ACME concernant le plafonnement de la pollution du secteur pétrolier et gazier annoncé par le gouvernement canadien

Dubai & Montréal, 7 décembre 2023 – En réponse au cadre du gouvernement canadien visant à limiter la pollution due au pétrole et au gaz de 35-38 % par rapport aux niveaux de 2019 (ce qui équivaut à 16-20 % par rapport aux niveaux de 2005, alors que l’objectif national en matière de réduction des émissions est de 45 % par rapport aux niveaux de 2005) :
 

Robb Barnes, directeur du programme climatique de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, a déclaré :

« Cette annonce marque un tournant décisif. Le Canada est le premier grand pays producteur de combustibles fossiles à s’engager à plafonner les émissions provenant de la production du pétrole et du gaz. Nous saluons le leadership du gouvernement canadien dans ce domaine et invitons les autres pays à suivre son exemple.

Toutefois, le plafond proposé n’est pas suffisant pour protéger la santé de la population. En début de semaine, l’ACME a révélé qu’un juste plafond d’émissions pétrolières et gazières qui serait de 45 % inférieur aux niveaux de 2005 – en conformité avec l’objectif plus large du Canada – pourrait prévenir 4 800 décès prématurés au Canada en une décennie. L’annonce du gouvernement représente moins de la moitié de ce niveau, ce qui met des vies en danger de façon injustifiée.

Enfin, le plafond doit être mis en œuvre rapidement. Les Canadiens ont déjà attendu des années afin d’obtenir un plafond juste et solide ; nous devons veiller à ce qu’un plafond ambitieux soit adopté sans délai. »
 

La Dre Courtney Howard, vice-présidente de l’Alliance mondiale pour le climat et la santé et ancienne présidente de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, a déclaré :

« La santé est le visage humain du changement climatique. Cet été, ma communauté de Yellowknife, ainsi que 70 % de la population des Territoires du Nord-Ouest et l’hôpital de 100 lits où je travaille, ont été évacués en raison de graves feux de forêt. Certaines communautés ont connu trois saisons de fumée. Les signes vitaux de notre mère la Terre deviennent instables. En approchant la COP28, plus de 40 millions de professionnels de la santé partout dans le monde ont lancé un appel à accélérer l’abandon progressif des combustibles fossiles afin de protéger la santé et les systèmes de santé. Je suis fière que le Canada soit le premier grand pays producteur de combustibles fossiles à s’engager à plafonner les émissions de pétrole et de gaz. Toutefois, nous savons qu’une réanimation cardio-pulmonaire lente ne fonctionne pas. Cette politique doit être mise en œuvre immédiatement, et être renforcée rapidement. »
 

Patricia Clermont, Ph.D, Coordonnatrice et responsable des communications de l’Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME) a déclaré :

«Nous nous réjouissons que le gouvernement canadien annonce enfin un projet du cadre de plafonnement des émissions du secteur pétrolier et gazier car nous commencions à craindre que cela n’arrive pas. Toutefois, nous restons inquiets et inquiètes quant à la rapidité – nécessaire – à laquelle des règlements concrets doivent succéder et être mis en place car nous ne pouvons en rester à un projet de règlement avec une autre date indéfinie. Nous restons aussi circonspect.e.s quant à l’ambition insuffisante des cibles à atteindre et au mécanisme par lequel sera vraiment effectué. Car les efforts demandés aux populations et aux communautés ne doivent pas être effacés par des compensations ou des possibilités d’échanges de crédit qui permettraient aux industries polluantes de continuer à entraver l’action climatique qui est vitale. Alors que plus que jamais, les changements climatiques s’accélèrent et produisent des effets délétères sur la santé des gens, le gouvernement canadien a la responsabilité, au nom aussi de la santé planétaire, concrétiser un système crédible, efficace et rapidement implanté afin que nous réalisions la réponse climatique la plus efficace possible.»

Share