S’adapter maintenant ou payer plus tard : une coalition pancanadienne incite l’action pour la résilience climatique

TORONTO, 28 juin 2021 – Une nouvelle coalition estime que le Canada peut mieux protéger les citoyens contre les effets de plus en plus dévastateurs des changements climatiques et aider les communautés à se préparer – et à s’adapter – aux défis futurs, notamment au risque croissant de catastrophes liées au climat.

Aujourd’hui marque le lancement d’Un Canada résilient au climat, une vaste coalition de représentants de l’industrie de l’assurance, d’administrations municipales, d’organisations autochtones, d’organisations environnementales non gouvernementales (OENG) et organismes de recherche. La coalition encourage le gouvernement fédéral à prendre des mesures dès maintenant pour créer une culture de la préparation et bâtir un pays plus résilient aux catastrophes naturelles.

Pour faire face à ce défi croissant dans un pays immense, les gouvernements doivent développer la capacité de mieux coordonner la stratégie et prendre des mesures pour protéger nos maisons et nos communautés contre les effets de plus en plus dévastateurs des phénomènes météorologiques violents.

Voilà pourquoi la Coalition pour Un Canada résistant au climat demande au gouvernement fédéral de mieux protéger les Canadiens en prenant les mesures suivantes :

  • accorder la priorité à l’achèvement d’une stratégie nationale d’adaptation au climat et s’assurer qu’elle protège les citoyens et les infrastructures la menace d’une augmentation des inondations, des feux de forêt, des canicules, des sécheresses et des événements météorologiques extrêmes, en accordant une attention particulière aux impacts disproportionnés de ces événements sur les peuples autochtones et les communautés vulnérables. Cette stratégie devrait comporter des cibles mesurables, tirer parti des capacités du secteur privé et promouvoir des solutions basées sur la nature;
  • nommer un conseiller sur la résilience nationale aux catastrophes naturelles afin d’informer et de conseiller le Cabinet et le bureau du premier ministre sur l’évolution rapide des risques climatiques et autres;
  • étendre et améliorer ses récents travaux visant à réduire le risque et l’impact des inondations au Canada; et
  • veiller à ce que les initiatives de financement durable aident les organisations des secteurs public et privé à évaluer, divulguer et gérer les risques physiques croissants.

À l’instar de nombreux pays, le Canada prend des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de son engagement à lutter contre les changements climatiques. Il s’agit-là d’une entreprise cruciale. Mais les Canadiens voient et ressentent déjà les effets des changements climatiques, notamment ceux des inondations, des tempêtes de grêle et des feux de forêt plus fréquents et plus intenses.

La coalition pour Un Canada résistant au climat estime qu’une action gouvernementale rapide et complète permettrait au Canada d’être mieux placé pour faire face à ces défis émergents et plus en plus pressants.

Citations :

Association Canadienne des Médecins pour l’Environnement, Dr Claudel Pétrin-Desrosiers, membre du conseil :

À l’Association Canadienne des Médecins pour l’Environnement, nous savons que la crise climatique est une crise sanitaire. Nos patients souffrent déjà de problèmes de santé causés par les feux de forêt, la pollution de l’air et les chaleurs extrêmes. Afin de protéger notre santé, il est tout aussi essentiel que nos communautés disposent des outils et ressources nécessaires pour s’adapter adéquatement aux perturbations environnementales croissantes que de réduire rapidement nos émissions de gaz à effet de serre. Une stratégie nationale d’adaptation est indispensable pour réduire les inégalités sociales et garantir un avenir sain pour tous.

Chambre de commerce du Canada, Aaron Henry, directeur principal, Ressources naturelles et croissance durable :

Les événements météorologiques extrêmes survenus entre 2010 et 2019 ont entraîné des pertes de plus de 14,5 milliards de dollars pour l’économie canadienne. Cela représente plus de 60 % des pertes liées aux événements météorologiques extrêmes des quatre dernières décennies combinées. Les événements météorologiques extrêmes attribuables aux changements climatiques ne représentent pas un risque hypothétique, ils sont là et ont déjà déraciné des communautés, détruit des infrastructures essentielles et créé des défis en matière de santé mentale. Nous sommes heureux de nous joindre à cette coalition et soutenons sa mission qui consiste à créer un plan national d’adaptation afin de garantir que chacun d’entre nous, en particulier les jeunes et les personnes vulnérables, dispose des infrastructures physiques et sociales nécessaires pour affronter l’avenir avec confiance.

Association des produits forestiers du Canada, Derek Nighbor, président et chef de la direction :

Chaque année, les insectes nuisibles et les feux endommagent une aire représentant près de 25 fois la superficie des forêts que les forestiers canadiens exploitent de manière durable. La modélisation de Ressources naturelles Canada montre que, sans action décisive, la situation s’aggravera au cours des 75 prochaines années. Cette situation a des répercussions sur la sécurité des communautés en raison des évacuations dues aux feux de forêt, sur le bilan carbone de nos forêts, sur la résilience et la productivité des forêts et sur les importantes possibilités économiques qu’offre la foresterie aux communautés autochtones et non autochtones. Un plan national d’adaptation axé sur les solutions forestières sera essentiel pour réaliser le potentiel environnemental, social et économique de notre secteur.

Bureau d’assurance du Canada, Craig Stewart, vice-président, Affaires fédérales :

Entre 2009 et 2020, les pertes assurées attribuables aux catastrophes naturelles ont atteint en moyenne 2 milliards de dollars par année, comparativement à une moyenne de 422 millions de dollars par année pour la période allant de 1983 à 2008. L’an dernier seulement, ces pertes se sont élevées à 2,4 milliards de dollars. Ce qui veut dire que les sinistres imputables aux événements météorologiques violents, qui sont de plus en plus fréquents, ont plus que quadruplé.

Pour en savoir plus, visitez Un Canada résistant au climat.

Membres de la Coalition pour Un Canada résistant au climat

Industrie de l’assurance

Administrations municipales

ONG environnementales et organismes de recherche

Aon

Fédération canadienne des municipalités

Association Canadienne des Médecins pour l’Environnement

Association des courtiers d’assurance du Canada

Centre Intact d’adaptation au climat

Aviva

Organisations autochtones

Institut de prévention des sinistres catastrophiques 

Bureau d’assurance du Canada

Conseil national des Métis

Institut international du développement durable

Desjardins

Institut pour l’IntelliProspérité

Intact Corporation financière

Secteur privé

The Pembina Institute

Société d’indemnisation en matière d’assurances IARD

Association des produits forestiers du Canada

TD Assurance

Chambre de commerce du Canada

Wawanesa

Conseil canadien des affaires

–30–

Contact pour les médias :
Vanessa Barrasa
Bureau d’assurance du Canada
Directrice, Relations avec les médias
416-550-9062
vbarrasa@ibc.ca

Share